Tout commence par une idée originale de l’archéologue Réjane Roure, directrice de l’UMR 5140 – Archéologie des sociétés méditerranéennes, à l’université Paul-Valéry Montpellier 3, qui propose de mettre en exposition une question passionnante : comment l’archéologie perçoit l’identité ou plutôt les identités celtiques.

Les équipes de Lattara et de Bibracte s’associent pour relever le défi et concevoir une exposition commune qui sera présentée dès le 20 novembre 2021 au musée Henri Prades, avant d’être redéployée à Bibracte à l’horizon 2023-2024.

 

En prenant comme point de départ la découverte exceptionnelle, dans la commune du Cailar (Gard), de vestiges de trophées guerriers, têtes coupées et autres armes sacrifiées caractéristiques des pratiques rituelles des Celtes de la seconde moitié de l’âge du Fer, l’exposition s’appuie sur la confrontation de mobiliers issus des territoires des Volques arécomiques (Languedoc oriental) et des Éduens, Lingons et Arvernes pour questionner, par le biais de la culture matérielle, les notions d’identités celtiques, sans occulter les limites de l’exercice.

En réunissant plus de 350 objets emblématiques ou exceptionnels, pour certains inédits, l’exposition ambitionne de proposer une immersion originale dans cette période de transition (IIIe-Ier siècle avant notre ère) qui est marquée par des dynamiques de peuplement qui renforcent l’ethnogénèse des peuples gaulois, mais aussi par des variations dans l’intensité et les modalités des contacts avec le monde méditerranéen, lui-même bousculé par l’expansion romaine. Deux aspects qui invitent à s’intéresser à la présence d’objets similaires du Nord au Sud, ainsi qu’aux facteurs pouvant l’expliquer (interactions culturelles, échanges économiques, contacts politiques ou stratégie identitaire...). Ils permettent également d’interroger l’impact des contacts répétés avec Rome, entre appropriation opportuniste de traits de la romanité, adhésion à un nouveau modèle culturel et résilience de l’identité gauloise, avant la refonte des Gaules sous l’égide d’Auguste.